Gestion financière

Point sur la situation des marchés et des FCPE au 23/04/2020 par Credit Mutuel Asset Management

Il y a maintenant plus de trois mois que l’épidémie de Covid-19 a commencé d’attirer l’attention du monde entier. Le mois de Mars a été marqué par une extension des cas faisant de l’Europe le centre de la pandémie avant que les USA ne soient maintenant dans une dynamique particulièrement préoccupante.

Les différentes mesures annoncées par les banques centrales et les politiques budgétaires des autorités ont eu pour effet de limiter la dynamique de baisse des marchés. Nous notons la reprise partielle des activités industrielles de la Chine qui apporte une dynamique optimiste.

Coté gestion diversifiée :

Les marchés sont partagés entre « espoir » lié au ralentissement du nombre de décès et levée progressive du confinement et une réalité macro-économique peu encourageante avec une chute des bénéfices des entreprises. En effet, nous ne sommes pas en mesure, pour le moment, d’évaluer finement et correctement l'impact de l'épidémie sur les économies mondiales.

Voilà pourquoi, les marchés continuent d’évoluer avec de fortes amplitudes au quotidien. Certes, les marchés se sont repris depuis leurs points bas d’environ +20 % mais il n’est pas certain que la crise soit totalement derrière nous.

De plus, la rechute des cours du pétrole, déprimés par les inquiétudes sur la saturation des capacités de stockage aux Etats-Unis et la baisse de demande nous inquiètent.

En conséquence, nos positions ont peu évolué depuis la semaine dernière et restent prudentes sur l’ensemble des fonds de nos différentes gammes.

  • Sur la valeur liquidative du 21 avril, Flexigestion Patrimoine résiste, avec une baisse de moins de 6,32 % depuis le début de l’année. Les fonds profilés oscillent eux, selon leur exposition aux actions et aux produits de taux entre -4,82 % (CM-CIC Tempéré International) et -18,84 % (CM-CIC Dynamique Europe), contre des baisses autour de 24 %* des indices CAC 40 ou Euro Stoxx 50®. Les fonds multi-stratégies (Union Dynamique Court Terme et Moyen Terme) affichent respectivement des performances de +2,23 % et -9,39 %.

* Au 21 avril 2020, le CAC 40 est en recul de 26,20 % et l’Euro Stoxx 50® en recul de 24,30 % (Source : Morningstar Direct).

Sur les marchés actions :

Globalement les acteurs sont bien identifiés, les règles du jeu sont simples, les arbitres que sont les banques centrales et les états ont déployé des moyens au-delà de ce que l’on avait connu jusqu’alors, mais il nous manque la durée de la partie. De cette durée dépendra le montant de dettes à rembourser et cela calibre l’hypothèque sur la croissance à venir. Au final la dette supplémentaire accumulée est une charge portée par chaque contribuable entreprise ou particulier.

Le confinement a des effets globaux d’une brutalité sans précèdent et qui ne laisse aucune illusion sur l’impact économique instantané. Le pétrole s’est aussi invité sans ménagement dans cette complication avec ses propres aléas et négociations. Le régime de volatilité n’est donc pas prêt de se normaliser ce qui ne milite pas pour des prises de position fortes dans un sens ou l’autre.

Implicitement les prévisions actuelles s’établissent avec une sortie progressive de confinement en fin de 2ème trimestre. Le panorama général est en tendance déclinante, le degré de la pente est encore une interprétation de scénarios très diverses.

Pour les marchés actions, les sociétés cotées publient actuellement leur premier trimestre. Pour les gérants actions, chaque cas est spécifique et mérite une attention particulière pour bien appréhender les impacts. Il n’y a pas de cas général à décliner. Cela milite pour le stock picking plus que la sélection globale à travers des indices tant les divergences peuvent être importantes. A noter des rapports d’activité parfois exceptionnels, y compris pour les banques, mais avec usage de tous moyens comptables possibles pour constituer des réserves et abaisser les résultats.

La Première étape de la sélection pour le gérant actions est la force du bilan, le cash, mais aussi la capacité à mobiliser des ressources. Sur cette base il est possible d’envisager les perspectives futures, ce qui constitue la véritable valeur d’une société cotée.

Pour rappel un développement équilibré des sociétés est privilégié, en veillant à un partage de la valeur ajoutée bien balancé entre les parties prenantes. Dans un univers de croissance moindre, les sociétés n’ayant pas acquis ces réflexes souffriront encore plus lors de l’application de ces équilibres. Cette trajectoire s’intègre donc dans la valeur actuelle comme une plus-value.

  • Le FCPE CM-CIC Perspective Actions Europe a subi la contreperformance des marchés actions, avec un recul de 23,56 %. Les FCPE CM-CIC Perspective Or et Mat et CM-CIC Perspective Immo reculent respectivement de 2,37 % et 20,49 %. Malgré le caractère souvent plus volatile des marchés émergents, le FCPE CM-CIC Perspective Pays Emergents abandonne 15,66 %.

*chiffres au 21/04/2020

Sur les marchés obligataires :

Les marchés de taux ont évolué de manière disparate ces deux dernières semaines.

D’une part, les taux longs allemands et français sont restés ancrés sur des niveaux bas, proches de ceux du début de mois d’avril. Les taux souverains allemands et français à 10 ans s’établissent ainsi respectivement à -0,47% et +0,05% à l’heure actuelle.

D’autre part, les dettes privées corporates et bancaires ont continué à bénéficier de l’intérêt des investisseurs obligataires. Cela a permis aux corporates de rang Investment Grade de poursuivre leur refinancement sur le marché obligataire dans de bonnes conditions. Les primes de risque ont continué à se resserrer par rapport au pic atteint il y a un mois. Les dettes bancaires ont particulièrement bénéficié de cette appréciation.

A contrario, les émetteurs souverains périphériques ont souffert d’un attrait moindre des investisseurs obligataires. La BCE est restée le principal acheteur, en particulier pour la dette italienne. L’incapacité actuelle des dirigeants européens à trouver une entente coordonnée sur la manière de financer les économies européennes, en d’autres termes l’épineux sujet de la mutualisation de la dette liée au coronavirus (fortement souhaitée par le gouvernement italien), reste un sujet d’inquiétude pour les marchés obligataires.
Nous continuons à penser que les instances dirigeantes européennes feront tout leur possible pour éviter le risque de fragmentation de l’Europe, qui serait dommageable à l’ensemble de nos économies.

En termes de politique de gestion, nous conservons notre allocation géographique avec une légère préférence pour les pays périphériques. Sur le crédit, nous continuons de profiter des rendements offerts sur le marché primaire pour augmenter à la marge notre exposition sur les émetteurs privés solides de secteurs défensifs.

  • La pression sur les taux induits par le plan de relance de la BCE impacte les FCPE obligataires. CM-CIC Perspective Obli CT A, CM-CIC Perspective Obli MT A, CM-CIC Perspective Obli LT A abandonnent entre 1,60 % et 2,51 %, en lien avec la sensibilité de leurs portefeuilles respectifs.

*chiffres au 21/04/2020

Achevé de rédiger par Crédit Mutuel Asset Management le 23 avril 2020

© 2020 - Crédit Mutuel Épargne Salariale

Investir dans un fonds peut présenter des risques, l’investisseur peut ne pas récupérer les sommes investies. Toute personne souhaitant investir doit se rapprocher de son conseiller financier qui l’aidera à évaluer les solutions d’investissement en adéquation avec ses objectifs, sa connaissance et son expérience des marchés financiers, son patrimoine et sa sensibilité au risque ; il lui présentera également les risques potentiels.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les portefeuilles des fonds sont susceptibles de modification à tout moment.
Les informations faisant référence à des instruments financiers contenues dans ce document ne constituent en aucune façon un conseil en investissement et leur consultation est effectuée sous votre entière responsabilité. Les DICI (Document d’Information Clé pour l’Investisseur), les processus de gestion et les prospectus des fonds sont disponibles sur le site internet creditmutuel-am.eu et peuvent être communiqués sur simple demande.
Les fonds gérés par Crédit Mutuel Asset Management ne peuvent être ni vendus, ni conseillés à l’achat, ni transférés, par quelque moyen que ce soit, aux États-Unis d’Amérique (y compris ses territoires et possessions), ni bénéficier directement ou indirectement à toutes « US Person », y compris toutes personnes, physiques ou morales, résidantes ou établies aux États-Unis.

Crédit Mutuel Asset Management, société de gestion d’actifs agréée par l’AMF sous le numéro GP 97-138. Société anonyme au capital de 3 871 680 euros.

L’indice Euro Stoxx 50®, ainsi que ses marques déposées, sont la propriété intellectuelle de STOXX Limited®, Zurich, Suisse (« STOXX® »), Deutsche Börse Group ou de leurs concédants, et sont utilisés sous licence. STOXX®, le Groupe Deutsche Börse ou leurs concédants, partenaires de recherches ou fournisseurs de données ne font la promotion, ne distribuent, ni ne soutiennent en aucune façon les fonds de Crédit Mutuel Asset Management, et ne fournissent aucune garantie, et déclinent à ce titre toute responsabilité (du fait d’une négligence ou autre), quant à toute erreur, omission ou interruption générale ou spécifique affectant l’indice ou ses données.